... quand je voyage sur tous les blogs magnifiques où l'on voit tous ces objets, meubles, vaisselles, bocaux, etc... que vous trouvez pour décorer vos intérieurs, et quand je pense à tout ce qu'il y avait dans la maison de mes grands-parents et que j'ai laissé partir à une époque où tout cela n'était pas encore "ma tasse de thé" ! ben çà me fend le coeur !!! (surtout quand je vois maintenant à quel prix certaines choses sont vendues, alors que je les avais sous la main :

les fers à repasser en fonte qu'utilisait ma grand-mère, qu'elle mettait à chauffer sur sa cuisinière à bois La Cornue, puis qu'elle tenait avec une manique confectionnée dans de vieux torchons, eux-mêmes confectionnés à partir de draps usés ... l'odeur de linge chaud...

ou l'if immense où mon grand-père mettait ses bouteilles à égoutter après les avoir soigneusement lavées dans un grand bac en zinc, où on lavait aussi le linge, avec son plan incliné pour frotter les taches rebelles au savon de marseille et à la brosse, avant de mettre tout çà à bouillir dans une grande lessiveuse sur la cuisinière ! l'odeur de propre de la vapeur qui s'en échappait ....

Ensuite ce linge allait dans le jardin potager, sur un grand fil au-dessus des touffes de thym et de romarin, plantées là tout exprès pour que le linge sente bon ! On adorait courir à travers les draps mouillés, qui nous fouettaient le visage !!!

Les clayettes à fruit, sur lequelles on posait délicatement les pommes, les poires, pour les conserver tout l'hiver dans la cave...  ou les tomates qu'on exposait ainsi aux rayons du soleil pour qu'elles finissent de mûrir à coeur !

Les nombreux arrosoirs en zinc allignés devant la fontaine...

Les bocaux innombrables, de toutes tailles, qui étaient ébouillantés, puis remplis des récoltes de fruits ou de légumes du jardin, pour n'être ouverts que bien plus tard en hiver, nous offrant leurs saveurs estivales...

Les armoires où mon grand-père rangeait ses pots de peintures, ses pinceaux, soigneusement nettoyés et rangés par taille...et ses flacons de produits souvent dangereux, avec des étiquettes faites à la main, et écrites au porte-plume et à l'encre violette !

L'armoire à cirage : celle que l'on était priés d'ouvrir régulièrement pour entretenir nos chaussures ! brosses douces, chiffons de laine, et cirages de couleurs diverses qui sentaient bon la cire d'abeille...

Les boîtes où l'on rangeait les chiffons enduits de cire pour les parquets...

L'armoire de toilette avec ses portes en verre dépoli, au travers desquelles on devinait la forme du blaireau, du bol à raser, et de la boîte bleu de la crème Nivea !!!

Les ventouses en verre, qui me terrifiaient chaque fois que je voyais un adulte allongé sur le ventre, se faire poser ces engins de torture dans lequel on faisait le vide à l'aide d'un petit coton enflammé ! quelle invention ! et le moment où on les enlevait "ploc!" ! et le dos du patient, avec ses petites bosses toutes rouges !!! çà me fascinait !

Et les grands morceaux de flanelle qu'on réservait aux cataplasmes : vous avez déjà eu çà vous sur les poumons ? la moutarde vous chauffait le corps et vous brûlait les narines !!!

Bon ! j'arrête, je pourrais vous parler toute la journée de ces souvenirs d'enfance, que nous avons tous en commun, à condition d'être nés dans les "fifties" ! veinards que nous sommes !

*

Lisez "Ma grand-mère avait les mêmes" de Delerme !

*